Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

3 Pages < 1 2 3 
Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Hermaphrodite
Once upon a time
post Jun 23 2007, 07:16 PM
Message #51


Boule de poils


Groupe : Membre
Messages : 456
Inscrit le : 2004
Lieu : Evry
Membre no. 288



Parce qu'il était temps ^^ (eh ouais plus de 2 ans déjà fiou)

"Il flottait dans l'air une odeur de solitude"

Robert Bloch.



8ème volet : « La voie des Anges », 1ère Partie :

« L’aspect pathétique de cette affaire ne doit en aucun cas vous alarmer… j’entends bien, conseillers… non.

La Flotte retirera ses vaisseaux lorsque je l’aurai décidé !

Il n’est pas question pour moi de faiblir si proche de l’achèvement, toute vie sera éradiquée, toute vie… et tout moyen pour elle de subsister.

Scribes ! »

Pourquoi je ressens cela.

« J’ordonne, déclare et frappe en retour, moi, Inquisiteur D’Orgini, représentant du Très Saint Empereur, avec pour témoins les membres de mon conseil, sous l’égide du Saint Office, selon les ordonnances inquisitoriales du 46ème cercle, d’excommunication et d’hérésie tout citoyen de Son Très Saint Imperium s’approchant à moins de 3 années lumière du monde maudit de Fortuna. »

Pourquoi douterai-je ?

« Prévenez les Astropaths, Princeps que ce secteur est frappé d’excommunication : que sa couleur change sur vos cartes étranges.

Puisse la Lumière de l’Empereur guider les âmes perdues en des lieux propices.

Je dirai l’office ce soir, mes amis.

Il faut que je me prépare et purifie mon âme et mon corps. »

Ai-je jamais failli ?

Non, je ne crois pas.

Si ce n’était l’Echeveau.

Si ce n’était la Circonstance.

Si ce n’était le Cœur.

Si ce n’était l’étrange formulation du Tarot.

Comment interpréter, comprendre, assimiler cela.

Les cartes, ces saintes paroles de l’Empereur, tirées les unes après les autres dans le silence de ma cellule, dans un profond recueillement, et déposées fébrilement sur la table me narguent désormais, hermétique structure horizontale en palier, où sombres images et certitudes ébranlées se chevauchent sur le précieux bois de Bechen.

Que cherchent elles à me dire ?

Que cherche t’Il à me faire comprendre ?

Les bâtiments de la Flotte pilonnent les restes de cette maudite planète.

Le secteur tout entier est sous mon contrôle, nul vaisseau ne peut ni sortir ni entrer dans ce système, et pourtant, pourtant, il me semble bien que quelque chose n’a pas fonctionné.

Quoi ?

Quoi donc ?

Je passe dans mes appartements, lugubres, aux vagues senteurs d’encens, sans confort…

« Laissez moi, Karl, allez préparer l’office s’il vous plait… »

Karl me laisse seul, referme la porte, sans un mot.

Quelque chose dans l’air, un frémissement impalpable, un instant de froid, de profonde solitude, de néant absolu.

Le roulement des batteries du bord se fait de nouveau entendre.

« Pourquoi suis-je si inquiet… »

Je verse avec difficulté le vin de Gorso.

J’approche le verre.

Je doute.

Ma main tremble…

C’est ridicule.

C’est absurde.

Je regarde ma main, je regarde le verre que je serre sans vraiment l’empêcher de glisser, je regarde les doigts crispés se détacher, le liquide doucement couler alors que le verre tombe.

Mais je ne quitte pas des yeux cette main tremblante, pâle, aux jointures blanches qui ne parvient pas à se refermer.

Je suis terrifié.

Le fracas du cristal.

Le liquide.

L’éclaboussure.

La longue flaque rouge qui court…

Qui ne cesse de courir.

« Seigneur ! »

« Laissez moi ! »

Après un court instant le garde referme la porte.

« Laissez moi… »

Laissez moi… tous autant que vous êtes…

Je me dirige vers ma cellule, dans un coin des appartements de l’Amiral.

Elles sont là.

Elles sont toujours là, rien n’a bougé.

Rien du tout.

Le mystérieux assemblage de cartes est là, sur la table, dans la pénombre.

Un nouveau roulement d’artillerie fait frémir le bâtiment.

Il n’y a pas de hublot, c’est une pièce aveugle, un débarras où j’ai fais installé une couchette, une petite table et un tabouret.

Sans aucune lumière sinon celles des petites bougies d’Alleja que j’ai déposé dés le premier jour sur les étagères qui courent le long des murs.

Je m’assois face à elles.

Je compte chacune d’entre elles.

Une première fois, puis une seconde, et de nouveau, je compte, je les compte, je les recompte.

Aucune ne manque.

Je lis plusieurs fois la redoutable conjecture, et je ne comprend pas, pas le moins du monde.

D’un revers je balaye la table et je les regarde s’étaler sur le sol, en tas ou seules, mais sur le bois il en reste une.

Une seule.

Claire figure de la Volonté.

Je m’empare de la carte.

Je l’approche de moi, tremblant, angoissé, et je la déchire.

Je la déchire et laisse tomber chaque morceau parmi les autres cartes.

Le Tarot tout entier est là.

Par terre.

Et ce qu’il me dit n’est qu’horreur, peine et jugement.

Horreur, Peine et Jugement…

Un grondement sourd accompagne une nouvelle bordée d’artillerie.


--------------------
"In the Beginning there was Light, but then followed Darkness.. "

"Do you know what ?nemesis? means ?? ?A righteous inflictions of retribution manifested by an appropriate agent?. Personified, in this case, by an horrible cunt : me."


"Je crois que vous m'avez mal sous-estimé" George W. Bush
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
urhtred_gohslord
post Jun 23 2007, 09:14 PM
Message #52



Group Icon

Groupe : Modérateur
Messages : 1272
Inscrit le : 2007
Lieu : vaudricourt
Membre no. 2638



gé-ni-al, on y croyait plus

euh... que dire de plus'


--------------------
QUOTE
tiens, notre cher duc avait raison, c'est marrant urhurh
C'est bien vrai^^
Le blog de mon club, par ici
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Phoenix
post Jun 24 2007, 01:19 PM
Message #53





Groupe : Membre
Messages : 244
Inscrit le : 2005
Lieu : TOULOUSE
Membre no. 1164



Bonour à tous

Bis Bis! C'est génial, pouvoir mettre en évidence des sentiments comme cela c'est fantastique... J'en suis encore loin pour ma part sad.gif

Bien à vous.


--------------------
"L'important n'est ce que l'on fait mais que l'on termine ce qu'on a commencé" Phoenix

(\__/)
(_'.'_)
(")_(")
Voici Lapin. Copiez et collez Lapin dans votre signature pour l'aider a dominer le monde.
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Phoenix
post Jun 28 2007, 02:05 PM
Message #54





Groupe : Membre
Messages : 244
Inscrit le : 2005
Lieu : TOULOUSE
Membre no. 1164



Bonjour à tous

Once tu vas rire! J'ai enfin compris quelque chose dans ta première partie de récit. La fille s'adresse au garde de l'inquisition quand il s'est fait capturer par les genestealers'
C'est lui son amour? Aller aller dis moi qui j'ai juste.

Phoenix qui espère avoir compris...

Bien à vous.


--------------------
"L'important n'est ce que l'on fait mais que l'on termine ce qu'on a commencé" Phoenix

(\__/)
(_'.'_)
(")_(")
Voici Lapin. Copiez et collez Lapin dans votre signature pour l'aider a dominer le monde.
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Once upon a time
post Jun 29 2007, 08:49 AM
Message #55


Boule de poils


Groupe : Membre
Messages : 456
Inscrit le : 2004
Lieu : Evry
Membre no. 288



Ne gache pas ton plaisir rolleyes.gif

Que dire après cela... tu verras bien' Ou encore non: tu le saura selon ta propre sensibilité ^^ (c'est trop trop mystérieux... surtout pour moi happy.gif )

Once, oulah mais il faut que j'en reponde un ou deux et vite moi!


--------------------
"In the Beginning there was Light, but then followed Darkness.. "

"Do you know what ?nemesis? means ?? ?A righteous inflictions of retribution manifested by an appropriate agent?. Personified, in this case, by an horrible cunt : me."


"Je crois que vous m'avez mal sous-estimé" George W. Bush
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Damned
post Jul 4 2007, 03:59 AM
Message #56


Fée du logis
Group Icon

Groupe : Membre Honoraire
Messages : 3054
Inscrit le : 2003
Lieu : Jamais bien loin...
Membre no. 114



Ce type là m'exaspère, faut bien l'avouer... Ces récits sont d'un style irréprochable, parfaitement adaptés à la rythmique de l'action, on en vient même à se sentir essoufflé après en avoir fait la lecture... Et à la forme s'ajoute un fond à chaque fois surprenant, à chaque fois haletant. Bref, il est agaçant pour un vil grincheux tel que moi de ne pouvoir apposer la moindre critique à chacune de tes suites mais seulement des louanges.

Vivement la suite.

Damned.


--------------------
- Supposez que je sollicite de vous en tant qu'étranger en route vers l'Ouest de chercher ce qui a été perdu, qu'est-ce que vous diriez ?
- Dans ce cas je dirais : d'où venez-vous mon ami ?
- Et je vous répondrais : de l'Est tout en espérant que vous irez transmettre mon message à la Veuve pour le salut de tous ses fils...
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Once upon a time
post Jan 11 2008, 10:22 AM
Message #57


Boule de poils


Groupe : Membre
Messages : 456
Inscrit le : 2004
Lieu : Evry
Membre no. 288



smile.gif

"Ton coeur est enflammé, ton but glace d'effroi."

Ismène, Antigone, Spophocle.

8ème volet : « La voie des Anges », 2ème Partie :

Le bruit, les cris, les ordres, les hauts parleurs, le bourdonnement des cellules énergétiques des lasers, le bruissement infect des salves et les chocs successifs des canons en recul, une salle d’artillerie, sur le flanc du bâtiment, qui lâche l’une après l’autre les vagues de feu sur une lointaine planète.

Aux ponts inférieurs, sous le ventre du vaisseau, les tubes à torpilles chuintent une pluie de mort et d’acier aux silencieuses formes oblongues et aux larges traînées de feu.

Les turbines secondaires stabilisent le magnifique vaisseau en orbite, les équipages des tourelles latérales vident les culasses des énormes douilles des munitions bactériologiques, et glissent sur les rails de chargement de nouvelles torpilles, de nouvelles ogives, que les tubes de lancements surchauffés et voraces ingèrent et expulsent sans arrêts.

Les canonniers souffrent dans l’atmosphère brûlante des salles d’artilleries, les salves rythment comme un seul cœur gigantesque ces vies abjectes de bourreaux, de meurtriers que les sermons psalmodiés par les prêtres du bord ne rachèteront jamais.

Des chérubins de marbre et d’acier veillent autour des gorges ardentes, sculptures somptueuses et grotesques à la fois, aveugles et froides, que surplombent les aigles à deux têtes de Son Imperium et l’encens, partout l’encens, se mêle aux odeurs de souffres et d’ozone laissées par les réacteurs en furie.

On se bouscule, on s’interpelle, on s’encourage, on s’injurie dans le faste étrange des chambres de tir.

Ce fut le second requiem, long, lent, oppressant, inhumain.

Une plainte martelée dans les coques des navires de la Flotte, un hymne sombre reprit par des milliers d’armes comme autant d’hommages martiaux aux vies enterrées, ensevelies dans la fournaise de continents en démence, à l’agonie…

Une planète se meurt, doucement, silencieusement, pétrifiée dans ses propres remous tectoniques, la fine couche de gaz qui l’entoure n’est bientôt plus qu’une masse enflammée, une tempête enfermée dans un globe de verre, qui parait lécher un univers insouciant, une sorte de soleil mort en proie aux derniers soubresauts de ses milliards d’années de caprices.

L’œuvre de l’homme est une splendeur inconnue, une merveille, une curiosité, un art spectral et nauséabond, lié par les lois de la physique en une seule masse aux révolutions sereines, piteuse et décevante ombre mortuaire, déchaînée et disparue, lune, une lune…

L’oxygène enfin dévoré, anéanti, les turbulentes circonvolutions s’éteignent, le corps misérable aux sillons de lave apparaît face au néant, frappé du sceau inaltérable de l’Inquisition, toute vie disparue, toute trace de vie, toute œuvre, toute architecture, l’humanité effacée se regarde dans ce paysage figé.

Les jours et les nuits sont passés sur ce monde détruit, l’épuisement des munitions a fait taire les canons, les tubes de lancement désormais vident sont nettoyés, des cargos sont chargés de douilles et d’enveloppes d’acier, les vaisseaux de la Flotte gravitent autour de la boule de roches, mais rien ne vient, les équipages se reposent, l’inquiétude des officiers les gagnent bientôt, et les messes grandioses que l’on donne désormais ne calment pas ces hommes.

Les lourds bâtiments de guerre attendent dans l’obscurité de cet espace si hostile l’ordre de partir, mais cet ordre ne vient pas, il ne vient toujours pas.

Des chuchotements, des rumeurs parcourent les coursives, et les hommes échangent au coin d’une porte, dans les salles de repos, des nouvelles sinistres, d’autres plus encourageantes.

Ils ne savent pas, ils ne comprennent pas, ils ne connaissent pas le but de cette mission, qu’ils croient avoir remplie, qu’ils ont cru terminée le dernier coup de canon tiré, la dernière torpille lancée.

Et moi-même je me suis demandée où cela doit nous mener.

Jusqu’où nous entraînera l’Exterminatus et jusqu’à quand devrons nous rester en orbite.

Je ne veux pas lui en parler.

Lorsque Tesün le lui demande, il se met en colère, hurle, s’agite.

Nous n’abordons plus ensemble que l’état moral des équipages, ainsi que les niveaux de réserves de chaque vaisseau, mais cela même est à la limite de le faire enrager.

Je ne reconnais pas l’Inquisiteur D’Orgini.

L’homme qui est là, devant moi, n’est plus le même depuis quelques jours, il est nerveux, glaçant, presque désagréable.

Il s’enferme des jours entiers dans ses appartements, et à chaque fois qu’il en sort son état empire. Sa main droite est cachée dans un gant noir, main qu’il colle dans son dos, et que je discerne parfois, lorsqu’il part d’une réunion, trembler doucement.

- Mère Ellena, dîtes moi où en sont les préparatifs de défense du 8ème escadron.

- Les destroyers ont bien gagné le secteur Zilon 74, Inquisiteur, et leur Astropath Princep enregistre une variation du champ de Salank sur le 6,847 ème segment.

L’agitation d’Ag’Tel attira mon attention. Il se racla la gorge, se leva et sortit de la salle de réunion. Sans un mot.

- Et vous, Frère-Capitaine.

- J’ai décommandé l’approvisionnement de notre vaisseau, comme vous me l’avez demandé, Inquisiteur, mais je réprouve cette décision, notre devoir peut à tout moment nous appeler en d’autres lieux et je ne comprends pas pourquoi nous devons ainsi isoler toute cette flotte du reste de la chaîne de commandement. N’en avons-nous pas terminé avec ces Xénos il y a des semaines de cela ?

- Croyez moi, Frère-Capitaine, je comprends vos questions, mais il n’est pas encore temps de vous répondre, mobiliser ces vaisseaux et vos hommes me coûte, croyez moi.

- Je note que vous avez demandé aux Astropaths du bord de cesser de transmettre nos coordonnées ?

- Oui.

- Pourrai je savoir ce qui motive pareille décision ?

- Non.

- Inquisiteur ! Il était bien rare d’entendre l’un des notre parler ainsi. Mais il était encore plus rare qu’un membre de l’Ordo perde son sang froid à ce point. Chacun se tourna vers le Chevalier Gris, surpris par ce que cet homme avait à dire. Me croyez vous stupide ? Nous croyez vous stupide à ce point ?

- Parlez librement Frère-Capitaine…

- Je ne comptai pas le faire autrement ! Il se leva. S’approcha de l’Inquisiteur. Posa devant lui un rouleau de parchemin au sceau de son ordre. C’est pour cela, n’est ce pas que nous sommes ici ?

D’Orgini déroula le parchemin sans mot dire, sa main droite n’était qu’une serre dont
il n’usait presque pas. Il lut et laissa le rouleau sur la table, devant lui, recroquevillé sur lui-même. Il opina de la tête, le regard vide avant de se passer la main sur le visage. Il avait pâlit un peu plus.

- Oui Frère-Capitaine. Sa voix, éteinte, laissait pourtant passer un peu de rancœur.

- Ecoutez moi, Inquisiteur, écoutez moi tous, les derniers rapports d’activités recensées de la flotte ruche Béhémoth laissent présager d’une prochaine attaque sur ce secteur.

Comment ? Comment était ce possible ? J’étais terrifiée au sens caché de ces paroles, mais aussi aux sens même de notre action ici.

- Parlez, D’Orgini, parlez leur donc de vos projets…

- Ma vie. Ma vie toute entière est dictée par les saintes paroles du Tarot, et celui-ci m’a amené en ce secteur pour attirer la flotte ruche. Je m’étranglai à ces paroles. D’autres murmurèrent un moment. Tous ici sentaient déjà les mâchoires Tyrannides se refermer sur leur cou. C’est un piège que je leur ai tendu… il est invraisemblable qu’ils ne soient pas déjà là… j’avais tout prévu, les incidences temporelles du Warp, l’Ombre qui voile les transmissions astropathiques… et jusqu’au moral défaillant de mes hommes… mais rien, rien n’est encore venu… il regarda le Chevalier Gris dans les yeux. Jugez moi donc Frère-Capitaine… vous ne pouvez pas vous retirer de cette opération sans mon accord et il faudra des mois de tractations avant que votre Ordo obtienne ma tête. Il lui sourit de son rictus abominable.

- Je vous méprise, Inquisiteur, vous n’êtes pas digne de votre rang ni de votre ordre… il voulut sortir sa lame de son fourreau quand D’Orgini leva la main.

- Vous n’êtes pas si stupide, non… vous désirez me tuer car à vos yeux je ne suis rien qu’un faible et vieil imbécile… mais j’ai bien d’autres dons.

- Hérésie !

- Non, mais si vous portiez la main sur moi alors que rien encore n’a eu lieu je ne donne pas cher de la peau de vos hommes lorsque les cours d’Inquisition se réuniront dans vos chapelles… vous ne semblez pas connaître le pouvoir des hommes… vous êtes un ignorant.

- Misérable fou, nous courrons à notre perte…

- Non.

- Donnez l’ordre à la Flotte de se dégager !

- Sinon ? Vous me transperceriez avec votre épée ? Faites donc… mais souvenez vous que votre destin est lié au mien par bien des pactes passés entre nos deux ordres.

- Mais avez-vous tenu compte de l’épuisement des équipages, du manque de munitions ?

- Tout cela n’a aucun sens. Le Maître Ag’Tel se leva et se dirigea vers la porte. Il se retourna vers D’Orgini. Je désapprouve, Seigneur Inquisiteur, et je crains que l’Esprit du Dieu Machine, en ces lieux, n’ait que trop épuisé ses ressources, ainsi quelques soient le nombre et la forme des louanges que nous lui ferons il n’est pas envisageable de lui demander l’impossible, et si l’Empereur, tous, nous guide, il nous faudrait bien des miracles pour que nos soutes se remplissent de munitions. Nous n’avons pas su observer vos plans, mais sachez que je me sens personnellement trahi et que cela sera une grave atteinte aux relations pourtant bonnes qui ont jusqu’ici permis à nos deux ordres de coopérer.

- Où allez vous ?

- Je vais vous désobéir, D’Orgini, et contacter Mars pour connaître la disposition d’autres Seigneurs Inquisiteurs quant à vos plans. Car vous avez des maîtres, aussi, D’Orgini, et je pense que tout cela leur déplaira.

- Soit. D’Orgini se leva lui aussi, n’arrivant qu’aux épaules du Chevalier Gris. Je me retire aussi. La réunion est terminée.

Je laissai glisser mon chapelet après le départ de l’Inquisiteur.


--------------------
"In the Beginning there was Light, but then followed Darkness.. "

"Do you know what ?nemesis? means ?? ?A righteous inflictions of retribution manifested by an appropriate agent?. Personified, in this case, by an horrible cunt : me."


"Je crois que vous m'avez mal sous-estimé" George W. Bush
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Nemo-le-poisson
post Jan 11 2008, 12:19 PM
Message #58





Groupe : Membre
Messages : 239
Inscrit le : 2007
Lieu : Un aquarium...
Membre no. 3010



Pffiouu.
Ca se corse dirait-on... Des -comment dire- dissensions au sein du groupe?
Vivement, la suite... on en rafole!! smile.gif Et moi j'adore rolleyes.gif

Je n'aurais qu'une remarque: bravo!


--------------------
Les femmes chez nous représentent la moitié du corps électoral. Vu comme ça, le corps électoral, ça m'excite.
Guy Bedos

Le lit est l'endroit le plus dangereux du monde : 99 % des gens y meurent.
Mark Twain

Je tromperais bien l'ennui avec sa femme...
Elie Semoun

Pour savoir qu'un verre était de trop, encore faut-il l'avoir bu.
Georges Couterline

Top
User is offlinePM
Quote Post
urhtred_gohslord
post Jan 11 2008, 08:28 PM
Message #59



Group Icon

Groupe : Modérateur
Messages : 1272
Inscrit le : 2007
Lieu : vaudricourt
Membre no. 2638



eh ben! on peut dire que tu sait te faire attendre!
peut-être était-tu trops occupé à jouer l'"épine dans le pied" de shaman^^


donc bon... moi qui coyais que c'était fini... je suis comme d'hab sur le cul!

mais comment cela vas-t-il finire? et le pire c'est qu'avec ton rythme de production, on est pas près de la connaitre la fin^^.


--------------------
QUOTE
tiens, notre cher duc avait raison, c'est marrant urhurh
C'est bien vrai^^
Le blog de mon club, par ici
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Gaara du désert
post Jan 11 2008, 08:49 PM
Message #60





Groupe : Membre
Messages : 405
Inscrit le : 2006
Membre no. 1552



Bravo, j'ai adoré. Je suis pas sur de t'avoir déjà félicité donc je le fais.

QUOTE
mais comment cela vas-t-il finire? et le pire c'est qu'avec ton rythme de production, on est pas près de la connaitre la fin^^.


Il n'y a plus qu'a attendre 6 autres mois. happy.gif
Top
User is offlinePM
Quote Post
Once upon a time
post Jan 11 2008, 08:52 PM
Message #61


Boule de poils


Groupe : Membre
Messages : 456
Inscrit le : 2004
Lieu : Evry
Membre no. 288



QUOTE
peut-être était-tu trops occupé à jouer l'"épine dans le pied" de shaman^^


rolleyes.gif

Concernant la fin de l'histoire c'est pret depuis le début, c'est entre l'intro et l'épilogue que ça se corse ^^

Je vais intensifier la ponte (puisque soudain j'ai nettement plus de temps...)

Once, c'est que ça fera un vide après aussi, ça va me manquer...



--------------------
"In the Beginning there was Light, but then followed Darkness.. "

"Do you know what ?nemesis? means ?? ?A righteous inflictions of retribution manifested by an appropriate agent?. Personified, in this case, by an horrible cunt : me."


"Je crois que vous m'avez mal sous-estimé" George W. Bush
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Nemo-le-poisson
post Jan 11 2008, 09:17 PM
Message #62





Groupe : Membre
Messages : 239
Inscrit le : 2007
Lieu : Un aquarium...
Membre no. 3010



QUOTE
Once, c'est que ça fera un vide après aussi, ça va me manquer...


Tu seras quitte pour un second tome wink.gif
Pour notre plaisir à tous happy.gif

Ah la dure vie d'écrivain... wink.gif


--------------------
Les femmes chez nous représentent la moitié du corps électoral. Vu comme ça, le corps électoral, ça m'excite.
Guy Bedos

Le lit est l'endroit le plus dangereux du monde : 99 % des gens y meurent.
Mark Twain

Je tromperais bien l'ennui avec sa femme...
Elie Semoun

Pour savoir qu'un verre était de trop, encore faut-il l'avoir bu.
Georges Couterline

Top
User is offlinePM
Quote Post
Once upon a time
post Jan 23 2008, 11:06 AM
Message #63


Boule de poils


Groupe : Membre
Messages : 456
Inscrit le : 2004
Lieu : Evry
Membre no. 288



Petite suite.

"Come blackbird and take my soul away"

Louisa John-Krol, Blackbirds, Ariel.

8ème volet : « La voie des Anges », 3ème Partie :

Lorsqu’éclata le second requiem je me dressai soudainement sur ma couchette, dans le vrombissement assourdissant des sirènes du bord. Je ne sais pas combien de temps est passé. Je ne sais pas combien de temps j’ai dormi.

J’ai mal, mal au cœur, mal à la tête, mal au dos, aux jambes, partout.

Ainsi le moment est venu.

Je me lève difficilement, en m’appuyant sur le bord de ma couchette.

Passant ma veste sur les épaules je regarde les rangées de couchettes vides. Les effets personnels de mes camarades sont tombés des petites étagères bricolées. Je sens que le sol n’est pas plat, ou plutôt si mais la cellule est penchée, comme si le vaisseau subissait une attraction puissante, ou une houle…

Sans vraiment avoir l’esprit clair je me sens un peu mieux, fatigué mais calme.

Un choc soudain me fait retomber sur ma couchette…

Les parois tremblent un court instant, l’air parait vibrer sous la puissante onde d’un impact…

Nous sommes attaqué !

Non… ils sont attaqués…

Je devine dans les éclairs rouges des gyrophares une petite boîte blanche… je l’ouvre.

Ce sont des médicaments, des drogues légères, il me semble, de celles que l’infirmier m’a administré.

Je glisse l’un des tubes dans la poche de ma veste, et me dirige en me tenant aux couchettes vers la porte de la cellule.

D’autres coups retentissent sur et dans la coque du vaisseau, la structure du gigantesque navire fait échos aux soulèvements titanesques qui le déchirent, mais je perçois un peu de la réplique, le rythme brutal des canons lasers, les batteries de bâbord, je crois.

J’ouvre tout en grand la porte, me tenant à la fois à sa poignée et au chambranle lorsque une nouvelle secousse traverse cette partie du vaisseau.

Le couloir d’habitude si bien ordonné n’est que chaos, les emplacements encastrés déversent des boyaux sales et colorés, des conduites énergétiques pendent du plafond, viscères enchevêtrés.

Il y a aussi des hommes, des hommes qui courent vers leurs postes de combat, effrayés, sans un mot.

Je leur souri, ils ne me regardent pas, ils ne me voient pas…

Je leur crie que c’est inutile, je leur hurle qu’il ne faut pas y aller, qu’il faut se cacher, et attendre… attendre que cela passe…

Dans un rire que je ne me reconnais pas je leur conseille de se tirer une balle dans la tête… que le froid de l’espace les enveloppera bientôt, nous enveloppera tous…

J’essaye d’en arrêter un au passage, un canonnier, mais je ne parviens pas à attraper son bras…

Ils ne m’entendent pas…

Ne me voient pas…

Ils vont tous à leur destin…

Je hurle.

Un épais et lourd tumulte soulève le couloir, comme une boîte que des mains géantes arrachent… la structure se désolidarise de quelques centimètres, un craquement violent couvre les cris pétrifiants que nous poussons tous… mais le bâtiment résiste…

Une vague de chaleur passe…

Torpille à fusion…

Ceux qui attaquent le vaisseau sont des nôtres… des leurs.

Je m’emploi à me tenir au chambranle de la porte, j’escalade le palier crée par l’onde de choc, j’entre dans le flot discontinu des soldats, m’interposant, bousculé, puis rejeté dans ma cellule.

Je suis si faible…

Ils sont si paniqués et si déterminés !

« Arrêtez ! »

Arrêtez vous…

J’aimerai qu’ils sachent que tous cela n’a plus aucun sens, qu’il leur faut seulement attendre le coup de grâce, que celui-ci viendra bientôt.

Mais pourquoi n’y crois je pas moi-même ?

C’est un cauchemar…

Un simple cauchemar.

Je m’effondre sur ma couchette, dans le silence étrange de la fièvre qui m’étreint, glissant un nouveau cachet sous ma langue, sèche…

Cela ne prendra donc jamais fin…

Un prêtre me regarde. Que fait il là ?

Vais-je mourir ?

- … venez de dire « arrêtez », mon fils… Pourquoi ? Ou plutôt « arrêtez » quoi ?

- De courir…

- Qui ça ?

- Vous. Nous… nous tous, je crois…

- Et de courir où ?

- Je ne sais pas… je vais dormir encore un peu…

- Oui, allez y, je vous laisse.

- Mon père ?

- Oui, mon fils.

- Me pardonnerez vous ?

- Hum… vous pardonnez de quoi mon fils ?

- De ce que j’ai fait, de ce que je vais faire…

- Oui, mon fils, Sa Très Grande Clémence est sur vous comme sur moi tout au long de la Voie des Anges.

- Je crois qu’il délire mon père, fit une troisième voix mais je sombrai déjà.

- Je le crois aussi infirmier.

Oui, je crois que tu délires…


--------------------
"In the Beginning there was Light, but then followed Darkness.. "

"Do you know what ?nemesis? means ?? ?A righteous inflictions of retribution manifested by an appropriate agent?. Personified, in this case, by an horrible cunt : me."


"Je crois que vous m'avez mal sous-estimé" George W. Bush
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Once upon a time
post Jan 23 2008, 01:00 PM
Message #64


Boule de poils


Groupe : Membre
Messages : 456
Inscrit le : 2004
Lieu : Evry
Membre no. 288



Plus grosse suite smile.gif

Das Ich, Dorn (musique)

9ème volet : « Volonté » 1ère partie

C’est dans le silence spectral qu’apparue, couverte par un soleil isolé, une forme oblongue et vivante.

Depuis des siècles l’entité explorait les étendues, toujours en quête, toujours affamée, de la longue nuit que l’Homme-Dieu considérait comme sienne.

Gigantesque cauchemar carné duquel s’échappaient fluides et gaz divers l’étrange créature se dirigeait vers les lieux d’un nouveau massacre.

Elle étira de longs tentacules, au bout desquels s’agitaient d’énormes crochets.

Elle sentait dans l’espace l’odeur âcre d’une tuerie, d’un génocide. Elle sentait venir à elle par ondes successives les miasmes de la peur, les aigres accents de la colère, les émanations du désespoir, le tout parcourant le sinistre bouquet de l’impuissance.

Elle sentait au-delà encore un peu de la surprise, passagère, des morts et des vivants. Celle-ci relevant par pointe le parfum édifiant de l’aveuglement.

Elle humait la contrition.

Puis elle humait la perte.

Elle humait l’espace autour d’elle et goûtait à la vengeance.

Ce fut un long frémissement qui passa de son échine à sa gueule.

Le frisson titanesque se transforma en un hurlement psychique.

L’Appel fut projeté dans l’immensité.

Ailleurs des hommes tombaient sur leur siège, effondrés, le crâne foudroyé par une résonance puissante et nauséabonde. La bouche ouverte, les yeux ronds et vides ils gisaient dans leurs cellules, suffoquant dans leurs intestins qui s’asséchaient par spasmes violents.

L’étrange créature se détourna de sa route, tout doucement, avec grâce, pour se plonger dans le froid qui sépare les mondes.

Aussitôt Béhémoth s’ébroua.

La flotte ruche, ban somptueux et vorace, dévia de sa lente progression.

Ainsi avait on détruit l’engeance des Premiers Venus.

L’incroyable sentiment qui s’emparait de Béhémoth vidait les ventres et emplissait les pensées des êtres qui songeaient en son sein.

La faim avait de nouveau un but, un objectif.

Béhémoth serait la gueule affamée qui se refermerait sur les petites créatures qui peuplaient ces contrées, ces choses grotesques et faibles qui avaient effacé une génération entière des éclaireurs de la flotte.

Les Léviathans se mirent à digérer leurs réserves.

Ces réserves absorbées se liquéfièrent dans de grandes poches sous les cuirasses chitineuses.

De ces grandes poches partirent dans les réseaux de veines, jusqu’ici taries, les fluides nourriciers.

Ces liquides circulèrent un long moment, parfois réchauffés par les cœurs monstrueux, parfois refroidis par la surface toute proche, toujours récoltant de nouveaux nutriments au fur et à mesure de leur course folle.

Et ces nutriments étaient injectés dans des noyaux de chair confuse.

Et la chair se délectait de cela.

Et la chair s’emplissait du vaisseau ruche lui-même.

Puis cela prenait forme.

Cela devenait moins fragile, plus fort et plus résistant à mesure que les veines apportaient de quoi remplir.

La chair dévorait la chair.

Tout cela avait faim.

Atrocement faim.

Les centaines de guerriers tyranides que chaque Léviathan portait grandissaient dans leurs ventres.

Une première génération.

Puis une autre.

Encore une…

Partout où les réserves étaient dévorées de grandes salles s’ouvraient, les carapaces natales se choquaient, se durcissaient. Puis tombaient à mesure de mues synchrones.

Des formes de vies moins évoluées se développaient un peu partout. Des choses sans d’autre but que d’ingérer et d’expulser étaient empoignées brutalement. Des excroissances cornées étaient arrachées des parois des boyaux.

Tout cela souffrait.

Car Béhémoth s’entredévorait afin d’assouvir sa vengeance.

Des nodules tombaient des panses et éclataient dans une gerbe de liquide.

De ces œufs jaillissaient d’autres créatures qui s’accrochaient aux flancs des mastodontes de la flotte.

Et grossissaient.

Après avoir percé la chitine avec leurs mandibules elles ingéraient les Léviathans.

Et ceux-ci continuaient leur route.

Insensibles à la douleur et fiers de porter tant de nouvelles vies.

Puis Krakens et Drones abandonnaient les carapaces noires pour se déployer aux côtés de la flotte.

L’Esprit de la Ruche Béhémoth croissait en même temps que ses enfants, immense ombre psychique qui auréolait les âmes pour qui voit par delà les apparences.

Et toutes ces vies écartèrent leurs mâchoires dans un cri magistral.

Béhémoth plongea dans la galaxie que l’Homme-Dieu considérait comme sienne, prête et déterminée.

Déterminée à exercer sa vengeance.

Croître ou mourir.

Affamée.


--------------------
"In the Beginning there was Light, but then followed Darkness.. "

"Do you know what ?nemesis? means ?? ?A righteous inflictions of retribution manifested by an appropriate agent?. Personified, in this case, by an horrible cunt : me."


"Je crois que vous m'avez mal sous-estimé" George W. Bush
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Ynnead
post Jan 23 2008, 03:26 PM
Message #65





Groupe : Membre
Messages : 262
Inscrit le : 2007
Lieu : Le Havre
Membre no. 3344



.............................
Je viens de tous lire d'un cout et je n'ai qu'un mot : waouh......... happy.gif

c'est superbe.....;(la dernière partie sort du contexte des narrateurs habituels, mais la description reste quand même dans le même style te ça c'est bien!! wub.gif )

BRAVO smile.gif


--------------------
"mais moi les dingues, je les soignes! moi quand on m'en fait trop, je correctionne plus, je dinamyte, je disperse, je ventile..."
(\__/)
(_'.'_) Lapin :
(")_(") "Je vais conquérir le monde, arf arf ..."
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
urhtred_gohslord
post Jan 23 2008, 04:56 PM
Message #66



Group Icon

Groupe : Modérateur
Messages : 1272
Inscrit le : 2007
Lieu : vaudricourt
Membre no. 2638



mais c'est-y pas productif tout ça!

bon, bah comme d'hab c'est génial .... ..... ... ... gasp! je n'arrive pas à me recycler, c'est frustrant!

bon bah voila quoi....


urhtred


--------------------
QUOTE
tiens, notre cher duc avait raison, c'est marrant urhurh
C'est bien vrai^^
Le blog de mon club, par ici
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Gaara du désert
post Jan 23 2008, 08:01 PM
Message #67





Groupe : Membre
Messages : 405
Inscrit le : 2006
Membre no. 1552



Je viens de tous lire et je te félicite.
SUperbe texte, à quand la suite ?
Top
User is offlinePM
Quote Post
Once upon a time
post Dec 21 2011, 06:48 PM
Message #68


Boule de poils


Groupe : Membre
Messages : 456
Inscrit le : 2004
Lieu : Evry
Membre no. 288



Maintenant ^^ (surtout après 3 ans et un déménagement et... etc...)

9ème volet : « Volonté » 2ème partie.

Il passa devant moi comme une ombre.

Le jeune homme ne prit pas le temps de me rendre hommage. Absorbé dans ses pensées, fébrile et suant il dévalait les marches qui mènent à la Chapelle.

- Mon fils ? Je lui attrapais le bras. Il s’arrêta net et tourna vers moi des yeux fous.

- Ma mère…

- Eh bien que se passe t’il donc ? Il roulait des yeux et tremblait légèrement.

- Je… je ne sais pas.

- Où allez vous dans cet état ?

- Je vais… on m’a demander d’accompagner le Seigneur d’Orgini à la salle de contrôle astropathique.

- Pourquoi mon fils ? Vous savez que vous pouvez me le dire.

- Euh… ma mère… il y a un problème. Je dois trouver l’Inquisiteur. Je ne relâchais pas ma prise.

- Qu’y a-t-il ? Je fronçais les sourcils.

- Ma mère, les quatre astropaths de veille ont été trouvés il y a une heure… ils sont, enfin... je crois qu’ils sont morts !

- Je vois.

- Enfin je crois, hein… on m’a dit d’aller chercher le Seigneur D’Orgini au plus vite.

- Qui vous en a donné l’ordre ?

- Le lieutenant Garrin… je dois y aller ma mère, c’est urgent.

- Non je n’ai pas finie. Y avait il quelqu’un d’autre dans la salle de veille avec vous ?

- Non… enfin si… mais ma mère c’est urgent ! Il s’affolait. Je resserrais ma main.

- Dîtes moi qui y avait il avec vous lorsqu’on vous a demandé de venir chercher l’Inquisiteur d’Orgini !

- Euh… moi… le lieutenant… mais enfin ma mère vous me faites mal ! Je serrais plus fort encore. Ah lâchez moi ! Sa panique était telle que ce jeune homme pouvait tenter de lever sa main sur moi.

- Dîtes le moi, mon fils.

- Je… je vous l’ai dit !

- Maintenant tu vas me dire la vérité misérable pêcheur ! Il se reprit.

- Des chevaliers gris étaient là ! Mais ils n’ont pas parler… c’est le lieutenant qui m’a fait venir pour aller chercher l’Inquisiteur d’Orgini… ma mère vous me faites mal ! Je le relâchais. Il me regarda un court instant en massant son bras.

- Filez… allez avertir d’Orgini. Allez ! Il dévala les marches en jetant quelques coups d’oeils vers moi.

Comment interpréter cela. Nous sommes perdu, seuls, prisonniers de l’orbite d’un monde mort. D’un monde Exterminatus.

Je gravis les marches. Je monte chaque marche et pointe un profond sentiment d’horreur.

A mesure que je m’approche du haut de l’escalier chaque marche se fait plus haute, plus difficile à passer.

Où irons nous après cela ?

Laisserai je cet homme décidé de notre sort ou mourir des mains des frères de l’Ordo ?

Je dois choisir, désormais, entre la vie, courte vie sans doute, et une mort honorable.

Choisir de laisser des milliers d’hommes dévorés par la flotte ruche ou sacrifier un seul homme, aussi Inquisiteur soit il ?

Dois je faire parler mon honneur et mes serments d’allégeance ou accompagner en silence la trahison, aussi juste soit elle ?

Je m’arrête et respire profondément.

Derrière moi en bas j’entends des pas rapides. J’empoigne la rampe.

- Ellena ! Vous êtes là… attendez moi. D’Orgini arriva à ma hauteur. Essoufflé.

- Nous nous faisons vieux D’Orgini. Il me répondit d’un sourire crispé.

- C’est vrai. Il était excité. Eh bien je crois que nous avons enfin le signe que nous attendions !

- Non, D’orgini… c’est le signe que VOUS attendiez.

- Ne soyez pas vindicative, Ellena, nous sommes à l’orée d’une aube nouvelle ! Mon plan a parfaitement fonctionné : nous allons cueillir les fruits d’une grande victoire ! Croyez moi, demain nous serons les plus fidèles serviteurs de l’Empereur-Dieu !

- Non, D’Orgini… demain nous serons mort. Par votre faute. Devais je laisser l’homme devant moi mourir dans l’instant ou laisser vivre quelques heures de tortures à tous les équipages de la flotte ?

- Eh bien Ellena… il se renfrogna. Je dois y aller. J’espère que vous ne pensez pas ce que vous dîtes.

- Je le pense, Inquisiteur. Nous courrons à notre perte. Par votre faute je le répète. Je crains que vous n’ayez plus beaucoup de nuits à veiller pour regretter vos erreurs.

Il me regarda et me jugea. Il reprit son chemin suivit par le jeune soldat.

- Vous allez mourir D’Orgini !

- Nous allons tous mourir ma sœur ! Choisissez de fuir si cela vous chante ! Moi je veux tenir dans la main le dernier cœur qui pulse dans les vaisseaux ruches de Béhémoth. Nous n’avons ni les mêmes objectifs ni les mêmes serments… je vous libère de ceux que vous avez fait envers moi.

- D’Orgini n’y allez pas ! Je pense qu’ils vont vous tuer ! Il se figea et se retourna.

- Allons, ma sœur, de qui parlez vous ?

- Des membres de l’Ordo vous attendent là bas… je sens… je sais qu’ils vont vous tuer. Il me sourit.

- Eh bien nous verrons. Venez soldat. Il passa le haut de l’escalier et disparut dans la coursive.

Je restai là.

Je n’avais plus la force de monter.

Je m’affalais sur les marches, consciente, trop consciente de ce qui nous attendait.

Je pris le temps de prier, bien sûr, avant de laisser les regrets m’emporter.

Un homme dévala l’escalier.

Ma vie s’achevait ici.

Ma vie s’achevait sur ces marches et je ne pouvais rien faire. Rien dire.

J’étais impuissante.

Je n’avais pas même la volonté de lutter contre ce destin.





PS: désolé pour l'attente, comment dire... longue. J'éditerai les posts précédents pour remanier la ponctuation qui a bien souffert du passage du temps, elle aussi.

La suite incessamment sous peu, et la fin, bien entendu.


--------------------
"In the Beginning there was Light, but then followed Darkness.. "

"Do you know what ?nemesis? means ?? ?A righteous inflictions of retribution manifested by an appropriate agent?. Personified, in this case, by an horrible cunt : me."


"Je crois que vous m'avez mal sous-estimé" George W. Bush
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post
Once upon a time
post Dec 22 2011, 08:50 AM
Message #69


Boule de poils


Groupe : Membre
Messages : 456
Inscrit le : 2004
Lieu : Evry
Membre no. 288



9ème volet : « Volonté » 3ème partie.

Soudain ce fut la guerre.

Un homme se pencha sur un écran. Il marmonna une prière d’injonction à la surface
vitrée. Celle-ci rejeta une onde grise, puis une autre. Il en venait de partout, tout autour du frêle destroyer.

Le Cobra courba sa course autour de la petite lune. Un nuage brûlant se forma derrière lui.

A bord l’équipage prit les postes de combat. Qui alla armer les puissants projecteurs secondaires. Qui enfourna dans les chambres des batteries latérales les charges à fusion. Qui enfin se terra dans les cellules externes pour manœuvrer les tourelles de défense.

A peine s’étaient ils tous signalés fin prêt au commandant qu’une secousse disloqua le bâtiment de guerre, ouvrant de larges brèches dans la vulnérable structure.

Le Cobra disparut dans les tentacules d’un Léviathan. Un autre s’approcha pour lui disputer ce butin. Les deux mastodontes se choquèrent brutalement.

Le destroyer explosa, déchiré par l’emballement de son noyau à plasma.

La flotte ruche apparut tout autour de la lune, indolente vague de chair, myriade d’organismes qui emplissait la nuit au fur et à mesure qu’elle enveloppait la boule de cendre laissée par le Cobra.

Béhémoth avalait l’espace.

Au loin un petit point de lumière la défiait.

C’était un soleil.

Autour de l’astre on demandait encore le positionnement d’un destroyer flanqueur.

La première vague d’assaut de la flotte ruche se dirigeait vers ce soleil. En silence.

Là bas on s’activait pour avoir les derniers compte rendu d’un Cobra.

Un opérateur suggéra qu’il devait s’agir d’une avarie de la transmission, un autre blagua. On se détendit sans cesser de sonder l’espace à la recherche d’un matricule.

Enfin, un homme leva la tête. Il sentit une disparition. Une onde intense de violence enserra son âme.

Il prit un long couloir peu éclairé, se dirigea vers un poste de veille psychique. Un chuintement mécanique lui révéla des corps aux âmes éteintes. Des corps salivants et aux yeux exorbités.

Il ressentit un peu de douleur, une douleur lointaine et fulgurante : une ombre sans fin voilât la réalité.

Le Justicar ne tarda pas à alerter son Frère-Capitaine de la perte de ces hommes.

Puis une idée germa dans l’esprit de ce Frère-Capitaine. Il su qu’il tenait dans cette nouvelle alarme une possibilité d’échapper au déshonneur.

Ailleurs, dans le même vaisseau un autre homme berçait une lame et un pistolet, son pistolet de service, un modèle robuste.

Il caressait la surface d’acier, fiévreux et sûr de son choix.

Devant quelques fidèles serviteurs un autre homme s’habillait pour l’office.

Il passa un bras puis un autre dans une robe aux armes du Credo. Il se sentait saint. Il se sentait pieu. Mais sa main ne cessait de trembler.

Partout autour de lui on s’activait pour parfaire l’apparat somptueux de l’office.

Des hauts parleurs crachèrent l’heure venue pour chacun de se recueillir.

Un serviteur glissa une petite bille d’encens sous une cloche gravée.

La fumée, instantanée, se propagea. Il laissa la chaîne filer contre sa paume et le métal glacé se balancer doucement devant lui.

Il passa dans les travées pour purifier l’atmosphère de la chapelle.

Quelques fidèles entrèrent, des soldats, des hommes d’équipage. Ceux-ci prirent place.

Certains étaient blessés, d’autres valides.

Tous avaient à cœur de trouver ici un repos mérité et peut être des réponses à leurs questions. Ils attendaient un sermon qui les éclairerait à propos de l’isolement de leur flotte, ces semaines passées depuis le dernier obus tiré, la dernière torpille lachée. Sur d’autres vaisseaux les intercoms furent branchés sur la fréquence du vaisseau amiral.

Tous allaient communier ensemble, unis.

Ils allaient écouter l’Inquisiteur, leur maître à tous, leur parler de l’Empereur, des héros, des héros vivants, des héros tombés. De la mythologie impériale et du Credo. Des traîtres, des faibles, des hérétiques, des criminels. Des Seigneurs de Terra, de l’Humanité triomphante, des exemples de bravoure, de l’Empereur et de son sacrifice.

Ils seraient galvanisés.

Ils seraient heureux, insouciant du drame qui se jouait désormais.

Au premier tintement de cloche ils surent que débutait la messe.

Ils s’arrêtèrent de travailler. Tendirent l’oreille. Les hommes de quart réveillèrent leurs compagnons.

Ils pouvaient presque sentir l’odeur de l’encens qui emplissait la Chapelle de l’Holy Archidiacr.

« Que Sa Volonté soit avec vous… »


--------------------
"In the Beginning there was Light, but then followed Darkness.. "

"Do you know what ?nemesis? means ?? ?A righteous inflictions of retribution manifested by an appropriate agent?. Personified, in this case, by an horrible cunt : me."


"Je crois que vous m'avez mal sous-estimé" George W. Bush
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post

1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

3 Pages < 1 2 3
Reply to this topicTopic OptionsStart new topic

 


Lo-Fi Version
Time is now: 6th February 2023 - 05:08 PM



La CFW forum skin 2.1 -Taucity.