Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topicStart Poll

> LE SCEAU DU CÉLESTE, Récit site Rackham
BaronBreton
post Sep 17 2004, 01:55 PM
Message #1





Groupe : Membre
Messages : 886
Inscrit le : 2003
Membre no. 174



LE SCEAU DU CÉLESTE


Sire,

Nos services ont récemment intercepté cette lettre écrite par le Mage Méliador le Céleste et destinée à la Reine Trys en personne. Son contenu est des plus surprenants, j'ai donc jugé utile de la porter à votre regard.

Connaissant le respect qui unit le Céleste à sa Majesté, j'ai laissé l'original parvenir à destination. Vous trouverez, accompagnant ce pli, une réplique fidèle exécutée par un de nos copistes.
Nous attendons vos instructions.

Respectueusement


Gadraan Dinasyn

---

Votre Altesse,

Permettez-moi de m'adresser à vous par le biais de cette lettre et non de vive voix. Le sujet que je souhaiterais aborder ne saurait souffrir des sempiternelles rumeurs qu'une rencontre entre vous et moi aurait entraînées au sein de l'Ordre. Nous nous connaissons depuis votre apprentissage des arts Hermétiques, vous savez que les faux-semblants de la cour me font horreur.

J'ai toutes les raisons de croire qu'un péril plus insidieux que tous ceux qui menacent la Couronne du Lion est en train de naître. Ou plutôt de renaître, pour être plus précis, car il trouve son origine dans les fondations mêmes du Royaume d'Alahan.

Personne ne connaît la raison qui m'a réellement poussé à abandonner la vie aventureuse que je menais il y a de nombreuses années.

A l'époque, je faisais partie de la tumultueuse Fratrie des Antinomiens et mon désir de connaissance m'avait mené dans une région reculée de la Baronnie d'Algérande. Un parchemin trouvé quelques mois plus tôt dans un ouvrage appartenant à la Maison De Santhaes laissait supposer qu'un artefact datant de l'Age des Batailles se trouvait quelque part dans les souterrains des Falaises Plaintives.

Ayant déjà eu vent des rumeurs qui couraient sur ces souterrains lors d'une précédente expédition, je pris toutes les précautions nécessaires à ce périple...
De nombreux habitants vinrent me trouver pour tenter de me dissuader, prétextant la présence d'un esprit maléfique aussi vieux que les falaises elles-mêmes.

Après vérification, il s'avéra que la légende du fantôme des falaises faisait référence à un mythe plus ancien : celui d'une prêtresse de Neraidh, la divinité Keltoise des Ombres, qui renia sa fonction pour épouser un marin. Ce dernier la surprit quelques mois plus tard en train de célébrer un rite en hommage à sa déesse. Il la décapita sur-le-champ, car elle ne pouvait à la fois être fidèle à son mari et à Neraidh. La malheureuse se vengea par delà la mort en hurlant depuis son tombeau dans les falaises à chaque fois que son mari revenait du large. De cette légende était issu le nom des Falaises Plaintives...

Plusieurs faits vinrent contredire cette légende. Les Keltois n'enterrent pas leurs morts, ils les incinèrent. La seule tribu qui aurait pu vivre ici était celle des Lahnars, ancêtres des Lions, et ils ne rendaient pas véritablement de culte à Neraidh. Ces mêmes Lahnars, enfin, évitaient les Falaises Plaintives car dans leurs propres légendes une créature d'une puissance redoutable y vivait.

Mon hypothèse, à l'époque, était que les Falaises Plaintives avaient dû servir de sanctuaire à quelqu'un, ou à quelque chose, qui était suffisamment puissant pour effrayer les valeureux Lahnars. Ce lieu revêtait un caractère sacré. Sans doute était-ce le tombeau d'un individu redouté, peut-être la prêtresse de la légende ?
Qu'importe. Le manuscrit des De Santhaes était formel et je partis sans plus attendre. Je voulais non seulement retrouver cette relique, mais aussi éclaircir le mystère des Falaises Plaintives.

Décrire les péripéties de mon exploration n'aurait pas grand intérêt. La seule chose à savoir, c'est que je mis effectivement la main sur un artefact après plusieurs jours de recherche. Il s'agissait du Sceau d'un des plus anciens Hermétistes connu : Verion.

Le symbole du Nom Véritable de Vérion était gravé à même la paroi d'une profonde caverne et s'effaça au fur et à mesure qu'il s'imprimait dans mon esprit en lettres de feu. Je m'en souviens comme si c'était hier : la puissance du Sceau de Verion faillit rompre le mien. De leurs essences mélées naquit le sortilège qui fit par la suite ma réputation : la Tempête de Lumière...

Jusque là, l'existence de Verion n'était pour moi que spéculation, comme ces contes où de vaillants chevaliers d'antan terrassent des dragons gigantesques. Le Shaman Verion, apprenti de la Chimère elle-même, avait affronté et vaincu une Atrocité : Araxe, le Hurlement des Ténèbres, l'un des monstres les plus puissants à avoir jamais foulé le sol d'Aarklash depuis l'exil des dieux. Si ce Sceau était bien celui de Verion, les Falaises Plaintives devaient être le légendaire labyrinthe d'Araxe et les effroyables hurlements de l'Atrocité correspondaient aux lamentations de la prêtresse de Neraidh !

Hélas, cela signifiait également que c'était dans ces cavernes qu'Araxe avait été enfermée par le Shaman Hermétique et qu'en brisant le Sceau, j'avais sans doute libéré l'Atrocité.

La honte et l'incrédulité s'emparèrent de moi à parts égales. Si les Falaises Plaintives étaient en réalité la prison d'un monstre séculaire, comment avais-je pu omettre de percevoir un enchantement d'une telle puissance ? Peut-être l'Ordre de la Chimère en avait-il connaissance et personne n'avait daigné ni surveiller ces cavernes, ni m'avertir... J'étais jeune et encore inexpérimenté. Le poids de cette responsabilité soudaine me fit basculer dans les affres de l'angoisse.

La destinée de la Fratrie Antinomique était entre mes mains. Nous n'avions pour but que de satisfaire notre soif de savoir et découvrir les vestiges du passé. Les autres Fratries de l'Ordre nous accusaient de marcher dans les traces des Toges Noires, les précurseurs de l'Ordre du Bélier d'Achéron... Si j'avertissais les dignitaires de la Chimère, nous risquions la radiation et peut-être même pire !
Confus et fébrile, je décidai de rester quelques semaines dans la Baronnie d'Algérande pour surveiller les falaises et guetter le moindre changement. La peur et la paranoïa s'emparèrent de moi, je ne faisais guère de différence entre le mythe et la réalité.

Finalement, après plusieurs mois de vigilance forcenée, la lucidité revint et je pris conscience de mon égarement. Je revins à Kallienne et mentit à mes compagnons en leur disant que mon expédition s'était soldée par un échec. Par miracle, mon mensonge éhonté ne fut jamais mis à jour. Je quittai par la suite la Fratrie Antinomique, mettant du même coup fin à mes ambitions d'aventurier.
Je n'ai jamais parlé de mon terrible secret à qui que se soit. Il m'a lentement abandonné au fil du temps, pour mieux revenir hanter ma mémoire à chaque fois qu'on me disait que j'étais un grand Mage...

Mon tourment a ressurgi il y a bientôt deux ans. Il m'a fallu beaucoup de temps avant de m'en rendre compte et plus encore pour l'accepter. Je ne veux à aucun prix que ce cauchemar devienne celui de tout un continent. Voici l'enjeu de cette lettre : il n'est sans doute pas trop tard pour endiguer ce fléau qui menace le continent.

Je ne fis pas immédiatement le rapprochement lorsque le Messager de votre Altesse, Alahel, me fit part d'un incident inhabituel dans la Baronnie d'Algérande. Une effroyable Magicienne, que l'on surnomma par la suite la Gorgone, surgit de nulle part pour s'attaquer à une abbaye non loin des Falaises Plaintives. La Nécromancienne disparut aussi soudainement qu'elle était apparue, après avoir volé une relique de moindre importance dans la crypte de la chapelle. On pensa tout d'abord à une attaque-éclair menée à partir d'un Portail Ténébreux, mais il fut prouvé par la suite qu'aucune manifestation de ce genre n'était intervenue. Plus étrange encore, la Gorgone incinéra littéralement tous ceux qui se dressaient sur sa route mais épargna quiconque ne représentait pas une menace à ses yeux.
Quelques semaines plus tard, la Nécromancienne attira à nouveau mon attention lorsque je fus informé qu'elle menait des assauts similaires aux quatre coins d'Aarklash et que les Obscurs eux-mêmes n'appréciaient guère sa présence.

L'unique survivant d'une bataille où elle se trouvait me raconta, la voix empreinte d'épouvante, que la Gorgone pouvait pétrifier n'importe qui d'un regard et... qu'elle poussait des hurlements à faire mourir un Chevalier de peur.

Revoyant danser le spectre de ma propre honte devant mes yeux, je fis tout mon possible pour croiser la route de cette inquiétante Typhoniste sans attirer l'attention de mes pairs. L'occasion me fut donnée par hasard, alors que j'allais aider Alahel dans un village en proie aux déprédations des morts-vivants. C'est en voyant un oiseau chasseur d'âmes, un Engoulevent, se poser sur le sceptre de mon ennemie que je me souvins que certaines prêtresses Keltoises possédaient elles aussi un sinistre compagnon ailé. Un corbeau, attribut de la Matrae Neraidh...

La Gorgone s'adressa à moi comme si elle me connaissait depuis toujours. Pour une raison que je parvins à comprendre bien plus tard, j'avais moi aussi la sensation de l'avoir déjà croisée et affrontée par le passé. En réalité, ce n'est pas moi qu'elle connaissait, mais le Sceau de Verion qui s'était ancré dans mon esprit depuis de très longues années. Le Sceau la reconnut lui aussi et me la montra telle que nul mortel ne l'avait jamais vue depuis l'âge des Lahnars.
Ce cadavre décapité était bel et bien celui de la prêtresse de Neraidh, conservé au fil des siècles par la Magie de l'abominable monstre qui le possédait : le Hurlement des Ténèbres, Araxe en personne !

L'héritage de Verion, la Tempête de Lumière, me protégea des maléfices de l'Atrocité réincarnée. Notre duel dura une bonne partie de la nuit... Finalement, blessés et épuisés par cette éprouvante bataille, nous rompîmes le combat à l'aube. La Gorgone disparut dans la pénombre au moment où je m'apprêtais à battre en retraite. Ce combat me révéla que la Tempête de Lumière n'était que la clé d'un enchantement plus puissant, sans doute le Sceau du Firmament qui avait permis à Verion de vaincre Araxe en des temps immémoriaux. La seule chose qui m'empêchait d'en découvrir le secret était mon propre Sceau, qui masquait la majeure partie de celui du Shaman Hermétique.

Un frisson glacé me parcourut l'échine alors que je prenais conscience de l'incroyable pouvoir que m'avait légué Verion. Les légendes du Lion racontent que le combat entre le Mage et l'Atrocité fit trembler les Piliers de la Création...
Nul doute que les pouvoirs de mon adversaire n'étaient eux aussi qu'un pâle reflet de leur puissance passée.

L'évidence s'est depuis imposée à moi : je dois reconstituer le légendaire Sceau du Firmament de Verion avant qu'Araxe, la Gorgone, ne recouvre sa puissance assoupie depuis si longtemps.

Mais vous savez aussi bien que moi, votre Altesse, ce qui risque d'arriver si le Sceau psychique d'un autre individu efface le mien. Je détruis sciemment mon âme pour devenir le jouet d'une puissance extérieure. Ce châtiment bien pire que la mort, pratiqué par nos ennemis Achéroniens, est le crime le plus abominable que l'on puisse commettre !

Si la sauvegarde d'Aarklash en dépend, je consentirai volontiers à ce sacrifice. Je reste toutefois persuadé qu'il doit exister un autre moyen de détruire la Gorgone tant que son hôte Ténébreux est encore faible. La rumeur veut que la décapitation soit le moyen le plus sûr de tuer définitivement un Nécromancien. Vous et moi savons que ce n'est pas toujours vrai. Hélas, ce n'est pas la Gorgone qui nous permettra de vérifier cette hypothèse...

Je prie humblement votre Majesté de bien vouloir pardonner l'irresponsabilité du jeune homme que je fus et la folie d'un vieillard qui, tout au long de ces années, a gardé le silence au détriment de la vérité.


Méliador le Céleste
Clairvoyant Majeur,
Troisième Cercle de l'Ordre de la Chimère

---

Mon cher Kelgar,

Le Lion et moi-même ne saurions trop vous exprimer notre reconnaissance pour tous les efforts que vous déployez pour votre patrie.

Néanmoins, je souhaiterais que vous admettiez que certaines limites ne doivent pas être dépassées.

A commencer par celle de votre compétence, car à ma connaissance ni vous ni votre bras droit Dinasyn ne savez discerner ou reproduire un cachet Hermétique apposé à un pli de l'Ordre de la Chimère.

Avec toute ma considération


Trys la Divine,
Souveraine d'Alahan,
Suprême Monarque de l'Ordre de la Chimère

---

Mon noble ami,

Sachez que je partage votre peine. Je vous accorde le pardon au nom de la Chimère et de la Lumière. Mais sachez que toutes les miséricordes ne serviront à rien si vous ne vous pardonnez pas d'abord à vous-même...
Le hasard nous joue parfois des tours sinistres.

Nous avons tenté d'élucider le mystère de la Gorgone depuis son apparition à Algérande, mais en vain : tous nos agents ont perdu sa trace peu après ses différents méfaits. Je puis cependant vous confirmer que les séides du Bélier eux-mêmes en sont au même point que nous à son sujet. Ils ne savent ni d'où elle vient, ni ce qu'elle cherche réellement.

Votre récit apporte de précieux éléments sur cet énigmatique personnage. Pour être exacte, vos informations confirment nos soupçons. Je crois, hélas, que Alahel ne vous a pas tout dit.

Vous n'êtes pas sans savoir que les nouvelles simultanées de la découverte du dernier repaire des Sélénites, Tycho, et de sa destruction ont été diversement accueillies au sein de l'Ordre. Même si ce tragique événement s'est déroulé il y a plusieurs mois déjà, je dois vous faire part d'un élément capital qui a été passé sous silence pour le bien de tous.

La Gorgone se trouvait à la bataille de Tycho. Certains de nos informateurs de Daneran assurent qu'elle serait même l'instigatrice de ce désastre. La Nécromancienne aurait manipulé le regretté Magister Aristarque, chef de la Fratrie des Epées de Lahn, pour le jeter contre les Sélénites de Tycho... Seules deux personnes peuvent témoigner du but de cette effroyable machination, et Alahel est l'une d'entre elles : la Gorgone a réveillé une créature cauchemardesque qui reposait dans la froide torpeur des glaciers de l'île australe.

Nous n'en avons pas encore confirmation, mais il s'agirait de Briareus... une Atrocité.


Puisse la vertu illuminer votre chemin
Trys la Divine,
Souveraine d'Alahan,
Suprême Monarque de l'Ordre de la Chimère

---

Gadraan,

J'ai reçu ton dernier pli. Après l'avoir attentivement examiné, je souhaiterais m'entretenir avec toi dans les plus brefs délais. Rapatrie tous tes agents, une nouvelle mission vous attend.

Commence également à chercher un nouveau copiste, tu vas devoir te séparer du tien.


Sire


Ce texte est © Rackham.


--------------------

Team Bouse 9.1
(BOUrrin SEnsible)
Limbes d'Achéron. Fléau/Aarklash, Pacte de Non-bourrinisme.


http://team-bouse.forumactif.com/
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post

1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

Fast ReplyReply to this topicTopic OptionsStart new topic


 


Lo-Fi Version
Time is now: 6th February 2023 - 04:11 PM



La CFW forum skin 2.1 -Taucity.