Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topicStart Poll

> ARAKAN LE DUELLISTE, Récit site Rackham
BaronBreton
post Sep 17 2004, 01:59 PM
Message #1





Groupe : Membre
Messages : 886
Inscrit le : 2003
Membre no. 174



ARAKAN LE DUELLISTE


C'était il y a de nombreuses années, alors que celui qui allait devenir le Duelliste n'était encore qu'un mercenaire à la solde du plus offrant...
Une matinée ensoleillée, sur le marché de Cadwallon.


Une foule compacte, océan aux couleurs bigarrées, se pressait en tous sens, vivant, criant, achetant au rythme des bourses qui vont et viennent de main en main.
De toutes les mains.
La cité des voleurs...
Au dessus de la masse grouillante, à une fenêtre ouverte, deux hommes richement habillés discutaient à l'ombre d'une tenture rongée par le temps.
Un passant n'aurait pu distinguer que le visage de l'un d'entre eux : un jeune homme au regard intense, aux gestes précis et rapides, parlant avec verve et le sourire aux lèvres. Toute l'expression de l'insolence de Cadwallon.
Un voleur aurait reconnu Arakan, le mercenaire favori du Duc Den Azhir.
Soudain, la discussion s'arrêta. Arakan s'enfonça à son tour dans l'ombre, en cherchant du regard quelqu'un dans la foule.
-" Voici ta victime, Arakan. "
Le teint du mercenaire blêmit, ce qui n'échappa pas au regard amusé de son interlocuteur.
-" Je ne suis pas un assassin, Den Azhir. Encore moins lorsqu'il s'agit de quelqu'un à qui je tiens. "
Le temps de prendre une longue inspiration, et le Duc sermonna alors son éxecuteur des basses oeuvres :
-" Tu savais en acceptant de travailler pour moi quelles en seraient les implications, et à quels sacrifices tu devrais consentir. Avec la place que je t'offre, toutes les portes et tous les coffres de la ville te sont ouverts, et même plus. Sans moi, tu redeviendras le pouilleux que tu étais, prêt à tout pour une pièce d'or. Si tu refuses, tu quittes mon service, avec les conséquences que tu imagines... "
La réponse fut immédiate :
- " C'est monstrueux, sire. Je sais que cet homme est un de vos opposants, mais son discours est loyal et ses manières courtoises. Vous oubliez que sa fille, à son bras, est aussi ma fiancée. "
-" Tu en changes tous les mois, mon ami ! Allons, allons, point de mièvrerie. Cet homme est aussi mon ennemi, et mon ennemi est ton ennemi, n'est ce pas... N'est-ce pas ? "
- "Mais... "
Les yeux de Den Azhir devinrent aussi sombres que les Ténèbres elles-mêmes.
-" Sois mon frère, Arakan, ou je te tue. "
- "Bien, sire. "Plusieurs heures passèrent.
Le soleil chauffa longuement les toits de la ville franche, et l'esprit de ses habitants.
Après une journée radieuse, Lahn se montrait enfin clément.
Ses rayons faisaient rougeoyer l'horizon.
Sire Ravien Krez, résidant de Cadwallon, originaire d'Akkylannie et homme de discours, rentrait chez lui avec sa fille Naneï, après une passionnante partie de cartes avec des amis.
Il ne remarqua pas immédiatement la silhouette encapuchonnée qui les suivait.
Ce n'était pas la première fois qu'il était pisté de la sorte, aussi avait-il prévu un mousquet pour se défendre.
Il ne dit rien à Naneï. Si ce voleur n'en avait pas après leur bourse, il ne fallait pas l'affoler pour rien.
Mais le vaurien était là pour eux, hélas.
Faisant mine de s'attarder devant une échoppe, il eut le loisir de saisir un miroir et d'apercevoir, par dessus son épaule et le coeur plein d'effroi, que son voleur portait un masque : un assassin !
Arakan, les yeux rivés sur Naneï, s'aperçut enfin de la présence du miroir.
Il fallait agir maintenant, ou détaler devant la milice.
Ravien savait que l'assassin ne le laisserait pas crier au secours.
Il fallait agir maintenant, prendre l'avantage tant qu'il en était encore temps.
Les deux hommes dégainèrent simultanément.
Le temps se figea, une détonation retentit.
Ravien s'écroula, sous les yeux horrifiés de sa fille.
Arakan, hébété, sentit ses tempes battre sous le masque trop petit. Ses yeux ne pouvaient se détacher de la scène.
Naneï s'empara maladroitement du pistolet de son père, encore chargé.
Le mercenaire masqué se saisit alors de son second pistolet. La tragédie se répétait.
Mais cette fois-ci, Arakan n'eut pas la force d'appuyer sur la détente.
Son masque éclata en mille morceaux, et une douleur terrible s'empara de son oeil gauche.
Lorsqu'il se releva, son oeil valide croisa le regard de la jeune femme.
On n'y lisait que stupeur, douleur et incompréhension.
Arakan aurait voulu hurler, mais le cri resta dans sa gorge.
Le mercenaire courut aussi vite que ses jambes le lui permirent, pour échapper à la milice et surtout au regard de celle qu'il ne reverrait plus.


Ce texte est © Rackham.


--------------------

Team Bouse 9.1
(BOUrrin SEnsible)
Limbes d'Achéron. Fléau/Aarklash, Pacte de Non-bourrinisme.


http://team-bouse.forumactif.com/
Top
User is offlinePMEmail Poster
Quote Post

1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

Fast ReplyReply to this topicTopic OptionsStart new topic


 


Lo-Fi Version
Time is now: 6th February 2023 - 05:45 PM



La CFW forum skin 2.1 -Taucity.